Archive | Pensées RSS feed for this section

I ♥ No comply

25 Jan

Le skate c’est un peu comme la mode : tout est un éternel recommencement. Rien n’est inventé (ou si peu), tout a déjà été tenté et replaqué par nos illustres ancêtres sans qui le skate d’aujourd’hui n’existerait pas. Comme pour les fringues, certains tricks ayant eu leur heure de gloire dans les 80’s et ayant été sacrifiés sur l’autel de la ringardise dans les 90’s, réapparaissent ces dernières années dans les vidéos comme le t-shirt à tête de loup de tonton Jean ressort du placard. Si quelques doutes subsistent en mon esprit quant au bien fondé de cette théorie côté vestimentaire, je dois dire que cela a apporté un peu de fraîcheur à la pratique du skate. C’est moins prise de tête quoi, tu fais ta ligne à la cool en plaçant à droite à gauche un tricks de papy. Réalisé avec style, ça peut vraiment faire son effet. Parmi ces tricks qui-vont-qui-viennent, le no comply a clairement su tirer son épingle du jeu. Front, back, shove-it, reverse… les combinaisons sont vraiment larges, c’est pas compliqué et c’est plaisant à faire. Histoire d’illustrer avec style cette pensée du jour, je vous invite à vous délecter des conseils de Ray Barbee, maître ès no comply par excellence. So smooth. 🙂

Park d’Accous

24 Jan

Il y a de ça une quinzaine d’années, quand le skate a commencé à prendre de l’ampleur en France, un grand nombre de municipalités ont voulu créer leur skate park. Mais au lieu de s’adresser aux skaters, elles ont fait appel à des sociétés qui s’y connaissaient en skate comme je m’y connais en taxidermie. Résultat, une multitude de petits skate park merdiques ont fleuri dans l’hexagone. Vous avez probablement tous eu la malchance de vous rendre un jour sur un lieu qui n’avait de skate park que le nom. Vous savez, le genre d’endroit avec des modules en acier ou en plastique, disséminés à l’emporte pièce sur un terrain trop petit, rendant la pratique du skate quasi impossible. Là où j’ai grandit, les modules ont même été construits pas des employés municipaux, entre une lampée de Villageoise et une taffe de gitane maïs. Le résultat était je dois dire assez incroyable : une pyramide monumentale (genre comme celles d’Egypte), un curb d’un mètre cinquante de haut, une mini-rampe sans coping et d’autres modules que je ne saurai même pas vous nommer.

Heureusement, certaines municipalités plus réfléchies ont bien saisi l’importance de discuter avec les utilisateurs avant de créer leur skate park. Quitte à dépenser de l’argent, autant que le résultat ait une utilité. C’est le cas d’Accous, un petit village de 431 habitants (oui, oui) situé dans les Pyrénées Atlantiques. Entièrement réalisé en béton, le skate park d’Accous est le fruit de l’imagination de skaters locaux. Si le projet a mis du temps à aboutir, le résultat n’en est pas moins incroyable. Pas très grand mais super fonctionnel et très original, celui-ci n’a rien à envier à ceux des grandes métropoles françaises. Chacun y trouvera son compte. Et pour ne rien gâcher, le cadre est magnifique. Si vous avez l’occasion de passer dans le coin, c’est une escale immanquable, vraiment.


C’est parti !

17 Jan

L’industrie du skate n’a cessé de grossir ces 10 dernières années et à travers une médiatisation de plus en plus forte, celle-ci a façonné une certaine façon de concevoir cette pratique : des tricks de plus en plus gros et techniques, des événements dignes des plus grandes compétitions sportives et un business de plus en plus présent. Ne crachons pas dans la soupe, tout se ramdam apporte beaucoup  à la communauté skate, mais en contrepartie, cette mise en avant occulte quelque peu l’élément essentiel à la pratique du skate, le plaisir. Le plaisir d’une session improvisée avec des potes, le plaisir d’un trick replaqué 8 vis, le plaisir d’une descente à dévaler, de faire quelque chose de différent, le plaisir de rouler, tout simplement.

On a souvent tendance à l’oublier lorsque l’on met la planche dans le coffre de la voiture ou que l’on prend les transports en commun pour se déplacer sur un spot, mais le skate est un formidable moyen de locomotion. Quel meilleur façon pour découvrir sa ville que d’arpenter les rues sur sa planche ? C’est en me posant cette question que m’est venue l’idée de créer Sur les pavés, la planche. Parisien d’adoption, je souhaite partager avec vous mes petites découvertes faites lors de mes déplacements les pieds posés sur ma planche : Un restaurant, un troquet, une échoppe ou simplement un endroit cool où chiller. Je vous présenterai également mes coups de coeur liés à l’actualité du skate. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire ce blog qu’à monter sur votre planche et je vous souhaite en tous cas la bienvenue ici. 😉

%d blogueurs aiment cette page :